Archives quotidiennes :

Lis tes ratures (4)

Ce soir, écho et résonance en termes d’amitié

À mon : « Lis tes ratures »,

Annette répond sans mots :

« Répare les brisures,

Recolle les couvertures

Des vieux livres émus

D’avoir été peu lus … »

Aux confins du langage,

Un acte rédempteur

Se transforme en un gage

D’un avenir meilleur…

                                                 A.G.

Courage hors d’âges

Aujourd’hui, je reçois des textes émanant de contributeurs d’âges très contrastés, de 8 à 75 ans, en passant par la force l’âge…

Intéressant de comparer ce que l’on a à dire du courage quand on démarre dans la vie, quand on est à mi-parcours, quand on approche du moment prévisible de sa fin, et que l’on prend le temps de se retourner pour jeter un coup d’oeil sur ce qu’elle nous apprend.

Merci donc à tous ceux qui vont nous permettre de nourrir notre réflexion sur le grand Emballe-Âge qui fait, pour moi, partie des grands maux de notre époque, conséquence de l’oubli de notre condition mortelle.

 

Commençons par des enfants de moins de 10 ans :

  • courage physique,
  • courage de sentir le courage tapi au fond de soi,
  • courage d’aller vers les autres.

LE COURAGE

(petit dialogue, par Chloé)

  • Tom !! Tom !!

  • Quoi ?

  • Le courage, qu’est-ce que c’est pour toi, Tom ?

  • Bah, le courage, pour moi, ce sont des personnes qui font des choses braves sans être forcément courageuses.

  • Oh ! ça, c’est une explication !

  • Bah !…

  • Et bien moi, tu sais, j’ai fait une chose courageuse dans ma vie !

  • Eh bien, vas-y raconte !

  • Non, mais je te donne un indice.

  • Vas-y donne  moi cet indice ?

  • …. J’avais le vertige….

  • Ah ! je sais, tu as sauté en parachute !

  • Non, ce n’est pas ça, mais tu n’es pas loin !

  • Tu as pris l’avion ?

  • Là, tu te refroidis encore plus.

  • Tu as grimpé sur une montagne ?

  • Tu y es presque, mais ce n’est pas le verbe approprié.

  • Hum ! Tu as escaladé une montagne !

  • Oui, ça y est, tu as trouvé !

  • ===============================================================================================
  • LE COURAGE

    ( par Emma)

    Sois fort dans l’épreuve,

    Sois fort dans le malheur,

    Il entend tes pleurs,

    Bas-toi !

    Pour le meilleur,

    Pour le pire,

    Mais surtout

    Crois en toi.

  • Car au fond de toi,

    Ton courage est là, bien là !

    =================================================================================================

LE COURAGE

(écrit par Noah)

 

 Courage veut dire : ne pas avoir peur.

Courage : vertu d’entreprendre des choses difficiles,

en surmontant sa peur.

Moi, j’ai peur des clowns.

 

Joseph est timide, il a du mal à se faire des amis. 

Avec Manon, nouvelle élève de la classe, débute une belle histoire d’amitié.

 Manon ne lui rend pas la vie facile.

Alors, pendant la récréation, Joseph va vers Manon:

 il lui demande de bien vouloir l’aider à faire son exercice de maths.

Pour  Joseph, quel effort d’aller demander un tel service !

Manon le sait, le sent : elle ne peut qu’accepter.

====================================================================================================

 Ces trois petits textes nous font  toucher du doigt trois aspects importants du courage, déjà sensibles dans l’enfance, et toujours présents lorsque l’expérience vient confirmer cette intuition.

 

Voilà le texte d’une adulte dans la force de l’âge, confiant ce qu’un drame intime révèle du courage :

 

  • À ceux et celles qui pensaient

  • que je ne pourrais jamais me relever,

    que j’étais anéantie

  • par la mort subite de mon père,

    par la tragédie qui venait de me toucher

  • en plein cœur.

    Rien, ni personne n’avait envisagé ce drame.

    Accident, crime ou autre cause ?

  • Personne n’a jamais su.

    Force, envie, détermination,

    COURAGE

  • au coeur,

  • j’ai vaincu

  • l’atroce douleur.

  •                                                                                                          Gysèle Zebut
  • =====================================================================

    Nous avançons en âge, avec cette contribution de Marie-Claude About, qui se sent au bout d’une vie tourmentée, le courage de se retourner. Elle nous fait signe :

  • Les écrits sont reflets de la sémiologie,  signes pour sauver son âme, pour assurer un pouvoir, se donner bonne conscience.


  • Mais, briser le silence par les larmes du désespoir,

  • et continuer à vivre ,

  • se fracasse à la notion métaphysique.
  • Alors, le mot courage prend tout son sens.
  • La solitude engendre l’isolement.
  • Le roseau se plie et se rompt. 

  • Où trouver, envers et contre tout, ce courage?

  • En soi?
  • Alosr, vaincre une colère mue par l’injustice. 

  • Dans sa famille de sang?
  • Mais si les rêves de la mère sont balayés
  • par la lame de fond de la réalité.Aujourd’hui, je reçois des textes émanant de contributeurs d’âges très contrastés, de 8 à 75 ans, en passant par la force l’âge…

     

    Intéressant de comparer ce que l’on a à dire du courage quand on démarre dans la vie, quand on est à mi-parcours, quand on approche du moment prévisible de sa fin, et que l’on prend le temps de se retourner pour jeter un coup d’oeil sur ce qu’elle nous apprend.

     

    Merci donc à tous ceux qui vont nous permettre de nourrir notre réflexion sur le grand Emballe-Âge qui fait, pour moi, partie des grands maux de notre époque, conséquence de l’oubli de notre condition mortelle.

     

     

     

    Commençons par des enfants de moins de 10 ans :

     

    • courage physique,
    • courage de sentir le courage tapi au fond de soi,
    • courage d’aller vers les autres.

     

    LE COURAGE

     

    (petit dialogue, par Chloé)

     

    • Tom !! Tom !!

    • Quoi ?

    • Le courage, qu’est-ce que c’est pour toi, Tom ?

    • Bah, le courage, pour moi, ce sont des personnes qui font des choses braves sans être forcément courageuses.

    • Oh ! ça, c’est une explication !

    • Bah !…

    • Et bien moi, tu sais, j’ai fait une chose courageuse dans ma vie !

    • Eh bien, vas-y raconte !

    • Non, mais je te donne un indice.

    • Vas-y donne  moi cet indice ?

    • …. J’avais le vertige….

    • Ah ! je sais, tu as sauté en parachute !

    • Non, ce n’est pas ça, mais tu n’es pas loin !

    • Tu as pris l’avion ?

    • Là, tu te refroidis encore plus.

    • Tu as grimpé sur une montagne ?

    • Tu y es presque, mais ce n’est pas le verbe approprié.

    • Hum ! Tu as escaladé une montagne !

    • Oui, ça y est, tu as trouvé !

    • ===============================================================================================
    • LE COURAGE

      ( par Emma)

      Sois fort dans l’épreuve,

      Sois fort dans le malheur,

      Il entend tes pleurs,

      Bas-toi !

      Pour le meilleur,

      Pour le pire,

      Mais surtout

      Crois en toi.

    • Car au fond de toi,

      Ton courage est là, bien là !

      =================================================================================================

     

    LE COURAGE

     

    (écrit par Noah)

     

     

     

    Courage veut dire : ne pas avoir peur.

     

    Courage : vertu d’entreprendre des choses difficiles,

     

    en surmontant sa peur.

     

    Moi, j’ai peur des clowns.

     

     

     

    Joseph est timide, il a du mal à se faire des amis. 

     

    Avec Manon, nouvelle élève de la classe, débute une belle histoire d’amitié.

     

     Manon ne lui rend pas la vie facile.

     

    Alors, pendant la récréation, Joseph va vers Manon:

     

     il lui demande de bien vouloir l’aider à faire son exercice de maths.

     

    Pour  Joseph, quel effort d’aller demander un tel service !

     

    Manon le sait, le sent : elle ne peut qu’accepter.

     

    ====================================================================================================

     

    Ces trois petits textes nous font  toucher du doigt trois aspects importants du courage, déjà sensibles dans l’enfance, et toujours présents lorsque l’expérience vient confirmer cette intuition.

     

     

     

    Voilà le texte d’une adulte dans la force de l’âge, confiant ce qu’un drame intime révèle du courage :

     

     

     

    • À ceux et celles qui pensaient

    • que je ne pourrais jamais me relever,

      que j’étais anéantie

    • par la mort subite de mon père,

      par la tragédie qui venait de me toucher

    • en plein cœur.

      Rien, ni personne n’avait envisagé ce drame.

      Accident, crime ou autre cause ?

    • Personne n’a jamais su.

      Force, envie, détermination,

      COURAGE

    • au coeur,

    • j’ai vaincu

    • l’atroce douleur.

    •                                                                                                          Gysèle Zebut
    • =====================================================================

      Nous avançons en âge, avec cette contribution de Marie-Claude About, qui se sent au bout d’une vie tourmentée, le courage de se retourner. Elle nous fait signe :

    • Les écrits sont reflets de la sémiologie,  signes pour sauver son âme, pour assurer un pouvoir, se donner bonne conscience.

    • Mais, briser le silence par les larmes du désespoir,

     

    et continuer à vivre ,

     

    • se fracasse à la simple notion métaphysique.
    • Alors, le mot : courage
    • prend tout son sens.
    • La solitude engendre l’isolement 
    • le roseau plie et se rompt. 

    • Où va t-on pouvoir, envers et contre tout, trouver ce courage ?

    • En soi?
    • Alors, vaincre la colère,
      • mue par l’injustice.

      Dans sa famille de sang?

    • Et si les rêves de la mère sont balayés
    • par la lame de fond de la réalité ?

    • Reste la famille humaine
    • À toucher du bout des doigts :
    • Nulle plage n’a reçu
    • les confidences, les blessures, les espoirs d’enfants.

    • Mais tout n’est pas perdu.
    • Se moquer du « qu’en dira t-on » est un droit
    •   et souvent un luxe pour beaucoup.

    • Et si le courage était 
    • dans la capacité de chacun-e à affronter ses « démons »,
    • à les vaincre?
    • Avec, pour trophées, paix, espoir, vie et mort.
    • Un peu d’empathie pour beaucoup de fraternité.
    • Marie-Claude ABOUT

     

    <!– p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 115%; background: transparent } –>