Archives quotidiennes :

Lis tes ratures (11) : Trouver sa voix

Quand le confinement est l’occasion, les voies de communication habituelles étant interdites, de trouver sa voix pour communiquer, avec son propre rythme, ses propres mots, les émotions grandes et petites qui font la trame de la vie quotidienne, on peut se dire que l’immobilité du corps favorise l’agilité de l’esprit. Pensons à de grands écrivains voyageurs comme Jules Verne qui n’ont quasiment jamais quitté leur terre natale… De quoi calmer les frénésies touristiques et se consoler de ne pouvoir les partager !

À la Haye trop de poules,

Décidément trop de foule !

Mya en a décidé :

Trop de gallinacées!

Ménage aussitôt fut fait,

Sans autre forme de procès.

Décision hâtive non partagée

Par les habitants interrogés…

Dans poulailler confinement décidé
*****

Pauvres volailles ainsi exilées…

La justice étant injuste,

La décision fut fruste :

Après délibération,

Les poules furent en prison,

Le canidé gardé

En liberté surveillée.

Trouver à cette fable

Une chute honorable :

Manger ou être mangés

Procès de l’humanité.

Je vous laisse le soin

D’imaginer une fin…

*****************

Moteur dans le fond

Pas même à l’horizon

Un autre bruit solo

Craquement en écho

Pour venir déchirer

La douceur de satin

De ce petit matin.

Je cherche en vain

Après lavage de main

Un évènement marquant

Quelque chose troublant

Mon esprit embrumé

Peinant à se réveiller.

Des robots pourquoi pas

Est-ce la solution

Pour éviter la contamination?

Vous en conviendrez, nous sommes là

Dans la troisième dimension.

Décidément au Japon

On n’arrête pas l’imagination.

C’est bien  de voir au loin

Aux humains laisser un coin

Un tout petit créneau

Il n’y a pas que le cerveau

Le savoir faire des artisans

Conserver c’est important.

Ces Nippons vraiment à la pointe

On aimerait trouver jointes

Les valeurs perdues

À ce jour disparues.

Vaincre et avancer nécessaire

Ne pas perdre de pair

D’autrefois les acquits

Si chèrement conquis.

Josette Méhu