Le poids du nom

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On dit que le nom dit tant de choses de celui qui le porte…

Inutile de chercher pourquoi,

Mais voilà.

C’est un fait,

Patrice Quéréel en est l’illustration :

Qui ne croirait, le sachant passionné par le surréalisme,

Que Quéréel soit un pseudonyme ?

Qui ne croirait, le sachant connaisseur et défenseur hors classe du patrimoine,

Qu’il se soit lui-même baptisé Patrice ?

Eh bien, non !

Il fut bien, dès la naissance,

Chargé de cette double mission : affouiller les sources du réel, dans notre patrimoine,

Quitte à souffrir de voir que, pour certains, les bombardements n’avaient pas été suffisants,

Qu’il fallait poursuivre le massacre en temps de paix,

Au nom de la rentabilité, de la banalité, de l’uniformité.

Vêtu de son armure rose, Quéréel-Don Quichotte

A mené des combats perdus d’avance,

Et vu s’effondrer la piscine Gambetta, l’École Normale, et tant d’autres…

Mais il en conserve la mémoire et des bribes glanées

Qu’il sait faire partager.

Voilà ce qu’il propose à la Page Blanche devenue Rrose pour un temps !

Une réflexion au sujet de « Le poids du nom »

Les commentaires sont fermés.