Du cran par écran (suite)

Toujours ce : « Bon courage ! » et autres virus de langage vidant les mots de leur sens.

 Suivons donc Marie-Claude à l’écoute des animaux !

Pénibles de clavier…
« Prends soin de toi et de ceux que tu aimes… »

- Cette rengaine donne la migraine (n.d.l.r.) -

« Qu’il avait donc du courage »
Ainsi, chante Georges Brassens sur un texte de Paul Fort.

D’aucuns appelleraient cela une chansonnette,

une petite ritournelle simplette,
  et, pourtant, notre cœur s’émeut.

Ce n’est qu’un animal !

  Fermons les yeux

et regardons avec respect 

le cheval luttant par le mauvais temps;

puis cet autre qui,

la course achevée, s’ébroue, à bout de souffle,

ruisselant de sueur, 

indifférent aux cris, aux paris des turfistes.

Ouvrons un livre et compatissons pour celui de trait,

sollicité à l’extrême de ses forces,

tirant  la houe qui creuse le sillon de terre nourricière,
attentif à la voix du paysan, lui-même si fatigué par ce labour.

Plus familier, le chien, le fidèle.

Enfant, j’aimais écouter l’histoire que me contait  maman.
Mon père, militaire, parti loin,

  Son fidèle l’attendait, sans rien manger ni boire.

Quand le maître revint, folie du chien courage !

Qui se rappelle Véronique?

Cette chatte envoyée dans l’espace, premier être vivant hors galaxie …

revenue vivante sur terre !

Aujourd’hui, l’hirondelle,

ignorant le chaos,  annonce le printemps.

Faites-la dessiner par l’enfant!

Et n’hésitez pas à laisser un peu d’eau au bord des cils.

Marie-Claude About